Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

De la vie, j'en ris !

, 08:43am

Publié par Mimi

De la vie, j'en ris !

«Oui, mon fils je suis retournée en Palestine car grandir sans savoir qui on est, c’est comme s’acharner à terminer un puzzle où il manquera toujours des pièces. Mais, je parle avec une part absente de mon être et l’exil ne s’arrête pas une fois retournée là-bas. »

De la vie, j'en ris !

« Mémé, tu n’as pas eu l’occasion de découvrir le monde. Ta petite fille est restée un mystère pour toi. »

De la vie, j'en ris !

L’école, un havre d’intelligence ! « Rentre chez toi ! Bis à la carotte ! Bis à la carotte ! »

De la vie, j'en ris !

« Tu réduis la femme à un sujet domestique et à un objet de plaisir. Je ne me reconnais plus, ce n’est pas moi. »

De la vie, j'en ris !

« Il a sauvé des familles juives et tziganes. Comment mon fils ? Il n’a pas changé le monde ? Mais il a fait sa part. Connais-tu l’histoire du colibri ? »

De la vie, j'en ris !

« Pouh ! Pouh ! Avoir un enfant à 20 ans, quelle idée ! Et sans situation ! Pouh ! »

La façon dont on parle traduit la façon dont on regarde.

De la vie, j'en ris !

« De la vie, j’en ris » est la seconde pièce de théâtre de Myriam. Cette pièce est une autobiographie théâtrale : un retour en arrière puisqu’elle part de sa naissance, en Palestine jusqu’au moment où elle se retrouve sans logement. On découvre pourquoi elle s’est retrouvée à la rue. Elle aborde des thèmes où chacun peut se sentir concerné : l’enfant dans le monde des adultes, l’orphelinat, l’adoption, la beauté de la vieillesse, l’amour, la révolte, être maman, la résistance, l’éthique, l’exil. Pourquoi ? Ce qui est important, ce sont les petites histoires de chacun. Nous nous rejoignons par nos petites histoires.

Myriam s’adresse à son fils de 20 ans : elle décide de lui dévoiler qui elle est. Elle lui parle de ses malheurs avec insolence mais n’oublie jamais la quintessence de la vie : l’amour.

Myriam termine sa pièce par ces mots : « Mon fils, ne deviens pas trop vite un adulte, mais reste un homme.»

Le théâtre réintroduit la possibilité d’une distance, et par là même d’une dignité en y mêlant l’humour pour dépasser l’absurde. Le théâtre est une nécessité d’expression : il est comme une naissance.

Contact : Compagnie Sdouf

Courriel : mimi.theatre@gmail.com

Blog : http://sdouf.over-blog.com